Darce Fardy – La famille aide

Frustration. Un mot lourd de conséquences. Il n’y a pas de douleur associée à la frustration, mais c’est à peu près tout ce que je peux en dire de bien.

La frustration, c’est de voir Dorothea déneiger la voiture dans l’entrée. En fait, ma frustration monte lorsque je la vois s’affairer à tant de tâches qui me revenaient auparavant. Elle a du mal à transporter les sacs d’épicerie de la voiture à la cuisine. Mais elle craint de me voir tomber si j’essaie de l’aider.

Dorothea insinue, à voix haute, que je n’ai jamais été d’une très grande utilité dans la maison, mais maintenant ça frise le zéro absolu. D’après moi, je suis souvent dans ses jambes, même si Dorothea ne le dit pas en tant que tel.

Comme la démence entraîne un manque d’équilibre, voire même des chutes, Dorothea est hypersensible à la nécessité de faire attention. Alors, pendant qu’elle s’occupe de tout, je reste là, confortablement engoncé dans mon fauteuil, à me sentir vaguement coupable. Je ne suis pas si confortable lorsque je vois tout ce que Dorothea fait chaque jour. Elle prétend pour sa part que je n’ai pas l’air si mal à l’aise que ça quand je la regarde travailler.

Mais assez dit à ce sujet. Nous avons eu une heureuse distraction lorsque le frère de Dorothea, Doug Neary, est arrivé de Portugal Cove, tout près de St. John’s. Comme prévu, il avait apporté suffisamment de morue, de capelan et de calmar frais pour nourrir toute la famille, de même que Wayne et Joann. Et en plus, il fait la popote!

J’apprécie toujours les conversations entre Dorothea et son frère au sujet de leur
enfance dans ce village. Lors de sa récente visite à Terre-Neuve, Donna a persuadé son oncle Doug de lui obtenir la permission de visiter la maison de sa mamie, maintenant occupée par une autre famille. Bien sûr, il a accepté pour ses beaux yeux.

Doug a aussi été d’un grand secours pour sa sœur, qui éprouve souvent de la difficulté à me faire monter en toute sécurité dans la voiture. Fort heureusement, je n’ai aucune  gêne à me faire aider, que ce soit pour m’installer dans l’auto ou pour grimper les escaliers, et Doug s’est senti parfaitement à l’aise de le faire.

En passant, ma bru Carol m’a montré comment monter plus facilement à bord d’un
véhicule, en commençant par le postérieur.

J’aimerais d’ailleurs profiter de cette chronique pour rendre hommage à mon amie Dayna, qui s’occupe de moi au gym et qui est consciente de mes problèmes d’équilibre.

Elle a lu au sujet de la démence et des risques de chute, et c’est elle qui a été chargée de me suivre dans mes exercices tout en me gardant sur mes deux pattes.

Je remarque qu’elle est souvent légèrement en retrait derrière moi lorsque je fais mes mouvements. Elle se tient les bras écartés, prête à toute éventualité. Et le pire pourrait bien arriver. Que Dieu lui vienne en aide s’il fallait que je tombe et que je l’entraîne dans ma chute.

Dayna pourrait sans doute se relever sans difficulté, mais pas moi, et je serais affalé sur elle. Il reviendrait alors au propriétaire des lieux, Dale, de venir à notre rescousse.

https://www.thechronicleherald.ca/news/local/fardy-family-helps-deal-with-frustrations-of-dementia270852/

Étiquettes : , ,